Papa, il est pas bon ton gâteau !

J’t’en foutrais moi des il est pas bon ton gâteau. Je me suis levée tôt, j’ai été au marché pour acheter des œufs frais tout juste sortis du cul d'une poule de luxe et j’ai scrupuleusement suivi la recette de Nina Métayer.


Et t’as l’autre qui me dit que c’est pas bon… Qu’est-ce qu’ils y connaissent d’abord les gosses en pâtisserie ?

Rien, on est d’accord.

Sauf que les gosses, c’est vos clients et le gâteau, c’est votre page de vente. Le truc, c’est que même si vous avez suivi à la lettre le manuel du petit copywriter, vos clients, qui n’y connaissent rien, ne vont peut-être pas trouver ça formidable pour autant.


En copywriting, comme en pâtisserie, il ne suffit pas de suivre la recette, il faut l’adapter, la modifier, prendre des libertés, sortir du cadre et se l’approprier. Chaque page de vente est unique.


De plus, ce n’est pas toujours évident d’avoir le recul nécessaire. À force de trop bosser sur son projet, on finit par ne plus voir les évidences. À force de trop réfléchir à la même chose, on pense avoir fait le tour de toutes les bonnes idées.

On va être honnête, je suis moins mignon que Nina Métayer, mais je vous propose quand même qu’on se mette à table pendant deux heures et qu’on travaille sur votre page de vente pour qu'elle soit la plus efficace possible.


Imaginez une page de vente qui donne envie d’être lue, qui donne envie de cliquer, qui détruit les objections avant qu’elles n’interviennent, mais surtout qui donne envie d'acheter.

Le seul objectif d'une page de vente est de vendre plus.

Et voici ce que l'on va faire pour atteindre cet objectif :

  • Travailler sur le copywriting bien sûr, mais pas que…
  • Améliorer votre offre, la rendre plus sexy et plus attractive.
  • Améliorer ou poser les bases d'un branding / packaging.
  • Augmenter la valeur perçue.
  • Travailler sur le prix, les différentes manières de l'annoncer et orienter le choix des clients.
  • Passer au peigne fin tous les détails les plus infimes qui touchent directement l'inconscient.
  • Appliquer ma formule AQ3P à votre offre.
  • Et bien sûr, on utilisera des techniques de persuasion pour convertir un max de clients.

Mais le plus important, je vais vous donner toutes les astuces et tous les pièges à éviter.

Rien qu'avec ça, vous aurez une meilleure page de vente que 95% de vos concurrents.

Dit comme ça, c'est sûr que c'est alléchant, mais c'est combien ?

Je voulais que le prix soit juste et que vous puissiez très rapidement rentabiliser votre investissement. Il ne suffira que d'une ou deux ventes.

Je vous propose donc qu’on retravaille votre votre page de vente pour 360€. On passera une heure et demi à tout revoir, refaire et optimiser.

L’objectif, c’est que vous repartiez avec plus de connaissances, des idées plein la tête et une page de vente aux p’tits oignons.


Si vous n’avez pas encore de page de vente, mais que vous avez un produit et que vous brûlez d’envie de le proposer au grand public, que vous ne savez pas par où commencer ni comment la structurer, contactez moi avant.

Ces 90 minutes sont l'équivalent d'une formation accélérée durant laquelle vous allez apprendrez ce qui marche vraiment.

Vous êtes convaincu, comment faire ?

Super simple, vous cliquez sur le bouton juste en dessous.

Ça vous emmène sur une page calendly pour choisir une date de rendez-vous et d'effectuer le réglement.

Voici quelques exemples d'analyses rapides de pages de vente, pour ceux qui ne les ont pas vu :

Vos clients vont adorer acheter chez vous.

Foire aux questions

Les rendez-vous sont-ils exclusivement en visio ?

Pas forcément, pour les parisiens et les plus courageux, on peut se voir au WeWork Jules Lefebvre (métro Liège) ou à l'Hilton St Lazare.

90 minutes c'est vraiment suffisant ?

Ne vous en faites pas, faites moi confiance... Et il ne faut jamais juger une offre sur le temps passé mais sur la valeur apportée. Rien q'un changement de titre peut augmenter la conversion de 20% ou plus... et ça ne va pas prendre 2 heures. Et vous seriez étonné de tout ce que l'on peut faire en plus d'une heure avec deux cerveaux branchés.

Pourquoi le signe dollar est un S barré et pas un D ?

Le dollar est né en Europe Centrale. Il y avait une grosse mine d’argent qui frappait des pièces qu’on appelait des thalers (du nom de la ville Joachimsthal). Il y a même une histoire de Picsou qui en parle : Le Thaler de Barbe Noir.


Ces thalers se sont naturellement retrouvés aux US avec les émigrés européens. À l’époque, c’est l’Espagne qui règne sur le nouveau monde comme on dit. Sur les pièces espagnoles, il y a avait les 2 colonnes d’Hercule avec un bandeau en forme de S.


Je vous fais la version courte : thaler prononcé à l’anglo-saxonne est devenu dollar. Et le S, c’est pour spanish dollar. Et les deux colonnes sont devenues deux barres.


À noter qu’il existe plusieurs hypothèses et que c’est seulement l’une d’entre elles, ma préférée.

Pour toutes les autres questions : johnnytonnerre@gmail.com

Ah, j'oubliais... Bien sûr, c'est satisfait ou remboursé

Ce compteur est là juste pour vous rapeller que le temps passe plus vite qu'on ne le pense.

Ne remettez pas vos bonnes idées à demain, pendant que les uns réfléchissent, les autres agissent.

235
jours
:
09
heures
:
04
minutes
:
12
secondes

Pour les infos légales, CGU et autres trucs passionants : johnny-tonnerre.com